dandelion-web

Autisme et psychanalyse

On parle beaucoup de l’autisme en France (définie comme priorité numéro un par le Ministère de la santé) mais malheureusement pas assez de sa prise en charge. Et pour cause ! Elle est quasi inexistante, laissant des familles en souffrance, démunies face à un diagnostic d’une maladie sans remède.  On ne le soulignera jamais assez.

Alors, profitons de ce billet pour remettre la question de l’autisme en perspective et donner quelques pistes de réflexion aux personnes concernées.

Prise en charge de l’autisme

Les débats se sont ravivés ces dernières années sur la question de la prise en charge de l’autisme. Cela témoigne essentiellement d’une lutte entre le mouvement psychanalytique et les autres thérapies cognitives et comportementalistes. La HAS (Haute Autorité de Santé) a récemment annoncé le manque de résultats scientifiquement prouvables de la psychanalyse  dans le traitement de l’autisme, mettant celle-ci hors-jeu mais laissant toutefois les questions du traitement et de la prise en charge sans réelle réponse.

Il faut un film reportage, très bien conçu, comme celui proposé par Arte, loin des débats médiatiques, pour revisiter la question de l’autisme en  France et plus largement en Europe.

Premier constat, l’autisme est un mot « fourre-tout », en témoigne l’explosion du nombre d’autistes qui ne cesse d’augmenter chaque année (1 personne sur 50 Outre Atlantique, 1 sur 100 ou 150 en Europe) : déficience mentale, trouble envahissant du développement (TED), problème psychologique, psychose infantile, handicap, manière d’être… ? Pas étonnant donc qu’on ne lui trouve pas un traitement spécifique.

Mais plus largement, cette énigme que pose l’autisme ne nous renvoie-t-elle pas à une question fondamentale, éthique et philosophique, de la différence et de son acceptation dans une société conformiste et standardisée ? D’où le titre du reportage : AUTISTES : UNE PLACE PARMI LES AUTRES ? Car c’est bien le problème crucial de l’abord de l’autre  et de sa différence qu’exacerbe l’autisme au même titre que l’étranger, la différence des sexes, la normalité (l’anormalité) en général. Nous ne manquons pas de faits divers pour étayer ce propos.

L’autisme dans les autres pays

Second point qui est plutôt une bonne nouvelle, on apprend dans le reportage que même dans un contexte  de « globalisation », la question de l’autisme est envisagée différemment d’un pays à un autre. La mauvaise nouvelle  est que la France qui apparaît le plus en retard….

L’Italie, la Suède, l’Allemagne ont engagé des politiques audacieuses – et pas forcément coûteuses – pour améliorer leurs conditions de vie. Avec, bien au-delà des aspects médicaux, une réflexion sur l’altérité et la diversité, au cœur de ce véritable choix de société.

Enfin, nous suivons tout au long du reportage, les vies de plusieurs familles avec des enfants autistes. Chemin de solitude en France, face à l’isolement des enfants qui ne peuvent pas être scolarisés et dont le suivi (quelques heures par semaine) se passe essentiellement en hôpitaux de jour. Chemin vers l’autonomie en Suède qui a adopté un système de prise en charge totale de l’autisme. Chemin de scolarisation et d’intégration sociale en Italie où les enfants suivent la classe avec une assistante. Parcours du combattant dans les pays anglo saxons ou les techniques d’éducation largement répandues (méthode ABA) issues des pratiques cognitivistes et comportementales ressemblent plus à du dressage.

La nécessité d’une pluridisciplinarité

Bref autant de témoignages qui prouvent aussi la singularité de la pathologie autistique et l’impossibilité d’un traitement unique. Le « tout éducation », le « tout médical », le « tout psychologique » n’ont pas apporté de solution satisfaisante. Et si c’était un mixte de tout cela ? Il serait utopique de penser que les familles et les proches des autistes peuvent transformer la société et lutter seuls contre les lobbys. En revanche, ils gardent le choix de la meilleure voie à prendre, quitte à en dévier si nécessaire, selon la rencontre qu’ils auront faite avec leur enfant.

Pour en savoir plus : http://future.arte.tv/fr/autisme